Je conçois depuis quelques années ce que j’appelle des « cours nuage ». Il s’agit de proposer aux étudiants, à partir d’un thème, un parcours d’images et de sons disponibles sur le net. Ces cours ne peuvent donc se tenir que dans des salles très bien connectées. Je présente un ensemble d’images de natures, d’origines et d’époques variées : publicité, photographie, peinture, dessin, bande-dessinée, photogramme, extrait filmique… Les échanges avec les étudiants sont sollicités afin de mieux définir en quoi ces documents constituent un ensemble cohérent (sur le plan thématique, technique, plastique…). L’ambition du cours est certes de fixer quelques repères historiques, mais aussi d’apprendre à rechercher, trier, manipuler et analyser les images artistiques ou non disponibles en nombre sur la toile. 

DUALITÉ, AMBIVALENCE

Référence bibliographique : Michel WEEMANS, Dario GAMBONI, Jean-Hubert MARTIN, Voir double, Pièges et révélations du visible, Hazan, 2016
Mais aussi : Umberto ECO, L’œuvre Ouverte, Seuil, 1962  (voir cet article un peu complexe mais très utile sur la question de l’ambiguïté de l’œuvre, ou celui-ci, plus abordable)

La dualité, ou l’enrichissement du sens

  • À nouveau, je ne peux que conseiller de passer le temps nécessaire sur la (les) signification(s) des mots (ici le mot dualité dans le CNRTL)
  • Commençons par un exemple simple : l’empreinte du pas de Buzz ALDRIN sur la lune, lisible de deux façons (convexe, concave).
  • On peut penser ici à cette fameuse double image de la vieille femme/jeune femme,
  • Dualité absence/présence du miroir : une installation habile dans des toilettes publiques
  • Plus complexe, le cas de l’autostéréogramme (ici l’apparition du visage de Jésus), (voir ici une explication du principe)
  • On peut évoquer ici l’expérience de pensée imaginée en 1935 par le physicien Erwin SCHRÖDINGER (Le chat de Schrödinger)

Quelques exemples en peinture

Photographie

  • GARANGER Marc, Portraits de femme algérienne, 1960 / 2004, double série de photographies, exposition fin 2012 au Centre culturel algérien, Paris.
  • certaines « nus/paysages » de Lucien CLERGUE ou ceux encore de Bill BRANDT ou d’Allan TEGER,
  • un « cas » vraiment intéressant, la série Diversions d’Olivier CULMANN (entre 2010 et 2012)

Arts Appliqués

  • Un vase/animal double
  • Jean-Jacques LAGRÉNÉE (le fameux « bol sein » destiné à boire du lait)

Bande dessinée

  • L’exemple des planches réversibles de Gustave VERBECK (un des fondateurs du 9ème art, fin XIXe début XXe)
  • BERNARD Mai-Li, etc., Polychromie, 2014, Bande dessinée collective, éditions Polystyrène.

Au cinéma enfin

  • Le cas Gollum / Smeargol…
  • Alain RESNAIS, Smoking No Smoking, 1993
  • Brian SINGER, Usual Suspects, 1995
  • Jean ROUCH et Edgar MORIN, Chronique d’un été (marceline2), 1961,
  • Victor FLEMING, Dr Jekyll and Mr Hyde,1941
  • Lucas BELVAUX, Un Couple Épatant / Cavale / Après la Vie (carrefour C), 2002
  • Gus Van SANT, Psycho, 1998 (double projection au Tambour en 2011 avec le film d’Alfred HITCHCOCK)
  • Le cas de certains « documenteurs » comme JCVDL’Enlèvement de Michel Houellebecq,
  • Le fameux film F for Fake de Orson WELLES, dans lequel il est question du faussaire Elmyr DE HORY. On peut aussi évoquer le cas de Han van MEEGEREN, qui vendit un faux VERMEER à GOERING.
  • William KAREL (Opération Lune, 2002),
  • Chris MARKER (extrait de Lettres de Sibérie… Je conseille aussi de voir le « documentaire » de Lodewijk CRIJNS, Lap Rouge, 1996.