Je conçois depuis quelques années ce que j’appelle des « cours nuage ». Il s’agit de proposer aux étudiants – à partir d’un thème – un parcours d’images et de sons disponibles sur le net. Ces cours ne peuvent donc se tenir que dans des salles très bien connectées. Je présente un ensemble d’images de natures, d’origines et d’époques variées : publicité, photographie, peinture, dessin, bande-dessinée, photogramme, extrait filmique… Les échanges avec les étudiants sont sollicités afin de mieux définir en quoi ces documents constituent un ensemble cohérent (sur le plan thématique, technique, plastique…). L’ambition du cours est certes de fixer quelques repères historiques, mais aussi d’apprendre à rechercher, trier, manipuler et analyser les images artistiques ou non disponibles en nombre sur la toile. 

POINT DE VUE, COMPOSITION

J’évoque d’abord, et assez longuement, en quoi l’invention de la perspective artificielle, autour des 14ème et 15ème siècles, constitue une rupture fondamentale, en terme de codification de la représentation imagée du réel.

Je commente à ce sujet l’image basique d’une allée d’arbres par exemple (très différente par exemple de ces points de vue sur le même sujet).

  • Définition(s) de la notion de point de vue
  • Les 3+1 paramètres de la notion de point de vue en cinéma et photographie (voir à ce sujet le module 1 CIAN) (distance / hauteur / axe + focale)

Des images avant les images?

  • Un dessin sur un cailloux datant de – 73000 ans avant notre ère (caverne de Blombos en Afrique du Sud)
  • NEANDERTAL, Formes géométriques gravées, 39000 ans avant notre ère, gravure sur roche, une dizaine de cm de large, Grotte de Gorham, Gibraltar (« L’examen microscopique de la gravure suggère qu’elle a été exécutée avec une maîtrise requérant de 188 à 317 passages de la pointe à graver au total« ).
  • CRO-MAGNON, La main de la Grotte Chauvet, 30 000 ans avant notre ère, peinture sur roche, Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche) : représentation de soi, représentation du monde)

Allégorie de la caverne, camera obscura, photographie

  • L’Allégorie de la Caverne de PLATON, dans La République (image et réel) (Ve et IVe siècle avant notre ère)
  • Le principede la Camera Obscura (dont il existe de très nombreux « modèles« ; le principe a été décrit par écrit dès le IVe siècle avant notre ère en Chine). Ici une expérience menée par une équipe de la BBC, à Venise.
  • évocation du peintre CANALETTO, qui utilisait une camera obscura, Place San Marco, 1723/1724, huile sur toile, 141.5×204.5cm, Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid
  • Les rétines de Nicéphore NIEPCE
  • Quelques-unes des photographies de Miroslav TICHY, photographe tchèque décédé en 2011

Retour au(x) point(s) de vue

  • Des panneaux de signalisation (points de vue sur le paysage)
  • Des tables d’orientation
  • Deux images de la sonde américaine Phoenix Mars Lander qui s’est posée le 25 mai 2008 à proximité du cercle arctique martien (ici et ici)
  • À propos de sculpture, une œuvre du hollandais Tjeerd ALKEMA (sans titre, 2003), qu’on peut voir aussi sous cette forme.
  • Les bricolages et vidéos du professeur Kokichi SUGIHARA (Meiji Institute for Advanced Study of Mathematical Sciences). Sa dernière illusion, le toit de garage ambigu.
  • On ne peut pas, ici, ne pas évoquer l’expérience de la pièce de Adelbert AMES (principe expliqué ici), ophtalmologiste et artiste américain (principe inventé en 1946, et qui a fait l’objet depuis de nombreuses démonstrations et expositions).
  • La pochette de l’album On The Level de Status Quo, sorti en 1975
  • À propos de musique, le clip du groupe OK-GO pour le morceau The Writing’s on the wall, 2014
  • Le jeu Arise développé avec Arkit (Pour déblayer le chemin, il vous faudra tourner réellement autour de la zone de jeu afin de trouver la bonne « illusion d’optique » permettant d’ouvrir le passage.)

Quelques « grands classiques » de l’anamorphose

  • Voir d’abord une des définitions de l’anamorphose
  • Des artistes comme Felice VARINI en ont fait leur spécialité: ici par exemple l’œuvre réalisée en 2013 pour Le Grand Palais. On peut aussi voir ici une vidéo du travail en train de se faire (Carré avec 4 cercles).
  • Voir aussi quelques œuvres de l’artiste Georges ROUSSE, dont l’approche est similaire
  • Ou encore les artistes de rue Kurt WENNER ou Julian BEEVER (on pense ici à la fameuse publicité pour la marque Honda en 2013)
  • Bien entendu, difficile de ne pas évoquer ici HOLBEIN Hans, Les Ambassadeurs, 1533, Huile sur toile, 207 x 209 cm, National Gallery, London. (une vidéo (de la National Gallery) permettant de renverser l’anamorphose).
  • Le travail d’Istvan OROSZ, Anamorphic with column 2 (né en 1951) (un article plus détaillé ici)
  • des applications publicitaires ou utilitaires (Guinesslogo piste cyclable, publicités dans les stades…)

L’architecture (et la sculpture)

  • L’exemple du Parthenon, 447 à 432 av. J.C (en particulier les 3 schémas : ce que l’on voit, ce que l’on devrait voir, et la forme telle qu’elle a été conçue).
  • Ou celui de l’église Santa Maria Presso San Satiro de Milan par l’architecte BRAMANTE, 1472/1486)
  • MICHEL-ANGE, David, 1501/1504, marbre, 4m34 (5m14 avec socle), galerie de l’Académie, Florence.
  • L’œuvre de Richard WILSON, Turning the place Over, Liverpool, 2007 (un trou réalisé dans la façade d’un immeuble). Pour voir la façon dont il a découpé et fait tourner une partie de la façade de cet immeuble, c’est ici.

Au cinéma maintenant

  • Le principe de l’anamorphose / désanamorphose, pour faire “tenir” un format 2.35 sur une pellicule 35 mm
  • Point de vue et « sténopé » (BECKER Jacques, Le trou, 1960)
  • Point de vue subjectif (ocularisation interne primaire) (COGITORE Clément, Ni le ciel ni la terre, 2015 et DAVES Delmer, Les passagers de la nuit, 1947)
  • La Nuit du Chasseur de Charles LAUGHTON, 1955 (ou la fameuse scène de la cave). Ou La Garçonnière de Billy WILDER, 1960 (décors anamorphosés)
  • L’escalier de Penrose dans Inception de Christopher NOLAN (en 2010).
  • Autant en emporte de vent de Victor FLEMING, 1939 (les ombres anamorphosées); je pense aussi à l’ombre des « monstres », comme dans le film L’Homme aux Bras Ballants de Laurent GORGIARD, 1997.